Contenu de l'édition

Capitalisation du chômage

Chez Exelade, nous voulons développer les possibilités pour qu'un travailleur qui se retrouve au chômage et qui a l'intention de lancer sa propre activité commerciale puisse capitaliser le paiement des allocations de chômage. Dans ce cas, la prestation est exonérée de l'impôt sur le revenu des personnes physiques pour autant qu'elle réponde aux exigences légales.

Quand le revenu est-il exonéré ?

Lorsqu'un travailleur se retrouve au chômage et décide de lancer une activité économique par ses propres moyens, il peut demander la capitalisation de l'allocation de chômage à laquelle il a droit. Cette alternative leur permet de disposer de fonds pour démarrer leur projet et, en outre, ils bénéficient d'avantages fiscaux : les montants qu'ils reçoivent sont exonérés de l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

Comment tirer parti du chômage ?

La prestation peut être capitalisée de différentes manières selon les souhaits du travailleur (dans toutes les formes de capitalisation, la prestation sera exonérée) :

  • En une seule fois. Une première option consiste à percevoir la valeur actuelle de la prestation en une seule fois, après déduction des intérêts légaux.
  • Pour la rémunération des travailleurs indépendants. Une autre possibilité consiste à utiliser la prestation pour payer les cotisations au régime des travailleurs indépendants. Dans ce cas, le travailleur reçoit une subvention mensuelle égale à la cotisation RETA (Régime spécial des travailleurs indépendants).
  • Cette option permet au travailleur d'opter pour le versement d'une partie de l'allocation de chômage en une seule fois et le reste par le biais d'une subvention mensuelle pour le paiement des contributions à l'activité indépendante.

Quelles sont les exigences en matière de capitalisation ?

Dans tous les cas, pour que le chômage soit capitalisé et que la prestation soit exonérée, certaines conditions doivent être remplies.

Tout d'abord, l'argent collecté lors d'une attaque doit être investi dans la nouvelle activité :

  • Si le travailleur s'inscrit en tant qu'entrepreneur individuel, il doit l'investir dans l'acquisition des biens et la conclusion des contrats de services nécessaires à son installation en tant qu'indépendant.
  • Si vous créez une société commerciale (une SA ou une SL), vous devez faire un apport au capital social de la société, en acquérant le contrôle effectif de la société. En outre, l'entreprise doit être nouvelle ou constituée au cours des 12 mois précédant le traitement.
  • Si vous apportez l'argent à une coopérative de travail ou à une société de propriété des travailleurs, il n'est pas nécessaire que celle-ci vienne d'être créée (elle peut déjà exister depuis des années), ni que vous en acquériez le contrôle effectif.

Si vous démarrez une activité indépendante, il est également nécessaire que cette activité soit maintenue pendant au moins cinq ans. Si la personne concernée apporte l'argent à une société (commerciale, coopérative ou de travail), il est nécessaire qu'elle ne transfère pas sa part avant l'expiration de la même période.

Si cette condition n'est pas remplie, le contribuable doit régulariser la situation dans le cadre de l'auto-évaluation de l'impôt sur le revenu des personnes physiques pour l'année au cours de laquelle l'infraction a été commise, en payant le montant non payé à ce moment-là, majoré des intérêts de retard.

Qui peut cumuler allocation de chômage et travail ?

Si un travailleur se retrouve au chômage et commence une activité en tant qu'indépendant ou par le biais d'une coopérative ou d'une société de travailleurs, il peut cumuler son allocation de chômage avec l'exercice de cette activité, bien qu'avec certaines limites :

La compatibilité a une durée maximale de 270 jours.

Dans ce cas, l'allocation de chômage est imposable à l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Cette option ne sera donc intéressante que si l'investissement pour démarrer l'activité est très faible ou inexistant et que le travailleur a un grand besoin de liquidités.

L'exonération du précompte professionnel pour la capitalisation du chômage est applicable tant pour la création d'une entreprise en tant qu'indépendant que pour la création d'une société. Toutefois, l'activité ou l'investissement doit être maintenu pendant au moins cinq ans.